Une autre vision du Liban…

Gastronomie Libanaise ..hmmmm…

Les mezzes

 

La gastronomie libanaise est légendaire. Les mézzés les pâtisseries et les boissons sont très variées. Très caloriques aussi.

Faites-vous plaisir au moins une fois lors de votre passage au Liban. Invitez tous vos amis autour d’un vrai mezze (dans un vrai restaurant de mezzes). Choisissez un restaurant en plein air en été. dans la bequaa, dans la montagne ou sur la côte.

Une fois au restaurant, descendez de votre véhicule à la porte du restaurant, et n’hésitez pas à confier les clés au voiturier : il en assurera la surveillance (et veillera à la protéger du soleil au déjeuner). Un pourboire sera laissé au voiturier, pas toujours salarié.

Une fois à votre table, la carte permet de constituer un assortiment sur mesure, les prix étant indiqués.

En amuse-bouche, les olives concassées, les graines de citrouille (ou de courgette ?) salées, à décortiquer, les amandes en chaton, ou en gangue ou séchées (selon la saison) les arachides servies juste avant les mézzés.

L’arak est servi dans de petits verres typiques, et accompagne tout le repas. D’autres choisiront le whisky franchement mélangé à l’eau. Plus rarement le vin.

Parfois le pain traditionnel libanais est préparé et cuit sur place et vous est servi tout chaud. Un délice ! Sur la table, il y a toujours un gros plateau de légumes à croquer (salade, choux, navets, radis, poireaux, carottes, menthe à tige carrée).

Les mezzes : taboulé (persil haché, doit toujours commencer le repas), hommos (purée de pois chiches, à aroser d’un filet d’huile d’olive), moutabal (purée d’aubergines grillées)… Plus il y a de convives, plus les plats peuvent être variés. On se sert avec les doigts à même les plats (cone de pain trempé dans le plat de hommos) et on mange les mets de son assiette, avec la fourchette si c’est nécessaire (taboulé…)

Originalité : foie cru (cholestérol !), oisillons rotis, cervelle, langue de mouton…

Les grillades, brochettes : viandes de poulet, agneau, boeuf.

N’oublions pas les poissons (daurade, rouget, friture) frits (ou grillé pour les régimes maigres) dans les restaurants de « fruits de mer » (à Jbeil-Byblos, à Tabarja). A noter que « fruits de mer » désigne principalement les poissons, le calamar/seiche. On trouve des coquillages importés de France, dans quelques restaurants de cuisine francaise.

Vous remarquerez, dans les grandes maisons, les serveurs qui s’affairent comme des abeilles autour de votre table, s’assurant de votre bien-être, et essayant de satisfaire le moindre caprice des clients.

Desserts : achta avec dates, fruits de saison (plateau composé de fruits épluchés en fin de repas). Les patisseries sont rarement présentées au désert, puisque le repas est très copieux.

Selon les saisons, goutter :

  • au printemps (avril – mai) : les nèfles (fruit orange avec un gros noyau lisse, au goût de mangue et d’orange), les jeunes amandes croquées et avalées encore enrobées de leu gangue, à l’apéritif.
  • en juillet et août : les dattes fraîches ou noircies à l’eau vinaigrée,
  • de septembre à novembre : les agrumes (oranges, mandarines) vendues sur la côte sud vers Saïda,
  • pendant tout l’automne : les bananes, petites, douces et parfumées.

Pendant le repas, ou à la fin, il est courant de fumer le narguilé (la pipe à eau) dont la fumée, douce et parfumée, embaume le restaurant. Certaines femmes fument, ce qui semble être rare dans le monde arabe.

Si vous invitez vos convives, cela fait très chic d’aller discrétement régler la note de restaurant, d’autant plus chic que les convives ne s’appercoivent de rien.

Recettes de cuisine libanaise : recettes de cuisine libanaise – spécialites regionales –

Les restaurants de Mézzés à Paris ont perdu une bonne part du cérémonial, pour satisfaire les goûts parisiens, ou simplement par contrainte économique : disparus le plateau de légumes, les petits verres à arak, les brigades de serveurs, les cruches à eau…

Les boissons

Préférer les boissons en bouteille à l’eau du robinet (voir rubrique santé). Il est possible de s’amuser à boire à la cruche, sans la toucher ! Sans entrainement, on se retrouve éclaboussé.

La boisson locale est l’arak (contient de l’alcool) : c’est une sorte de pastis obtenu par distillation de jus de raisins fermentés avec des graines d’anis. A mélanger avec de l’eau et à servir avec des glaçons dans un petit verre, que l’on remplace (dans les grandes maisons) aussitôt qu’il est vide, par un verre propre et plein. Peut-etre qu’à cause des trois distillations successives, il ne donne pas de mal de tête (s’il est consommé avec modération). Producteurs: Kefraya, Brun, Al Massaya, Ksarak, Fakra… 
A noter qu’on retrouve une variante de cette boisson anisée dans d’autres pays du bassin méditerranéen; en Grèce, il s’agit du raki, beaucoup plus corsé en épices
.

Le Liban produit du vin blanc et rouge : à Kéfraya (Béquaa – lien perdu : http://www.chateaukefraya.com.lb) , à Ksara (Béquaa), Nakad (à Jdita dans la Bequaa), et Musar (à Ghazir: dans la montagne au dessus de la baie de Jounieh). Les caves se visitent. Production disponible partout dans les régions chrétiennes, boutiques et centres commerciaux. Autres vignobles: Massaya à Tanaiel dans la Beqaa.

Il existe une bière produite localement sous licence : Almaza. Bière blonde, légère et rafraichissante.

On trouve des boissons carbonnées au cola, sodas aux fruits (Mirinda) dans tout le Liban, et lorsque l’alcool n’est pas permis. Ou encore le sirop de rose.

Le café turque

Confectionné dans des petits pots métalliques caractéristiques, le café est mélangé à l’eau en ébullition.

Le vrai café, avec de la cardamone, est plutôt fort. Il est servi nature, mais se prend généralement sucré. Dans les grands restaurants, il est servi non sucré par un cafetier en costume traditionnel, dans des petites tasses sans anse. La cafetière dispose d’une cheminée centrale où une braise maintient une chaleur suffisante. Ce café est très fort et est servi à volonté par petites quantité jusqu’à satiété (on dit alors « ralasse », c’est à dire cela suffit).

En fin de repas, il convient de laisser un pourboire au cafetier qui n’est pas forcément salarié du restaurant. Dans les rues (front de mer de Beyrouth, souks de Saïda ou de Tripoli), des marchands ambulants servent aussi ce genre de café, mais dans des conditions d’hygiène insuffisantes.

Le narguilé

La pipe à eau, une façon originale de fumer le tabac : le tabac est parfumé au miel, aux fruits… la fumée est adoucie par le passage dans l’eau. La pipe à eau est esthétique, parfois très travaillée et surchargée de parures. Bien sur, ce tabac n’a rien a voir avec de la drogue.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s