Une autre vision du Liban…

Les grottes de Jeita

Le plaisir d’une visite des mythiques grottes de Jeita est multiple : enseignements sur la géologie du pays, plaisir des yeux face aux sculptures naturelles ornant ces sites souterrains, mais aussi amusement pour les enfants avec les trajets en téléphérique, en barque et petit train pour passer d’un site à l’autre. 

Autrefois l’un des sites les plus visités, les grottes de Jeita, situées à 20 km de Beyrouth dans la vallée de Nahr el-Kalb, au Keserouan, ont été rouvertes après un réaménagement complet. Véritables chef-d’oeuvre de la nature, elle furent découvertes en 1836 par un Américain du nom de Thompson. Elles furent explorées systématiquement pour la première fois en 1873, puis en 1902, en 1927 et dans les années 1950. Fermées au public en 1978 en raison de la guerre civile, les grottes ont été réouvertes en 1995. Ces grottes saisissent par la diversité des formes et par l’importance et le nombre des stalactites et stalagmites qui les composent, lesquelles d’ailleurs se sont vues affubler par l’imagination des explorateurs de noms aussi fantaisistes qu’évocateurs. Depuis des millions d’années, l’acide carbonique contenu dans les eaux de pluie et les eaux souterraines dissout le calcaire des roches karstiques, créant des fissures dans lesquelles s’infiltre l’eau qui sculpte peu à peu la roche et lui donne ce relief fantasmagorique que l’on peut observer à Jeïta.  

Ces cavernes sont accessibles au moyen d’un téléphérique panoramique et peuvent en partie être visitées en barque Elles se composent en galeries inférieures et galeries supérieures.

Les galeries

Les galeries inférieures : c’est la visite de cette partie de la grotte qui se fait en canot. Elle ne couvre que près de 600 mètres sur un parcours total de 6910 mètres actuellement reconnu par les spéléologues libanais. Elles sont situées à 60 mètres en dessous des galeries supérieures. Elles sont fermées en hiver à cause du niveau d’eau trop élevé.

Les galeries supérieures : formées quelques millions d’années avant celles de la grotte inférieure, ces galeries sèches présentent le premier état du site de Jeïta, avant que des conditions géologiques n’aient provoqué le déplacement de la rivière souterraine vers son lit actuel. Un tunnel d’accès de 120 mètres de long permet au visiteur de découvrir à pied un paysage fantasmagorique de voûtes, de gours, de piliers stalagmitiques, de colonnettes de toutes tailles, ainsi que de draperies et de concrétions cristallines diverses. La partie accessible par les visiteurs est formée de trois chambres : la première, la Chambre Blanche, abrite les formations les plus impressionnantes de la grotte, tandis que la seconde, la Chambre Rouge, tire son nom de la couleur rougeâtre donnée aux formations par l’oxyde de fer. La troisième chambre est la plus grande et atteint une hauteur de plus de 120 mètres. Notons que la plus grande stalactite du monde se trouve dans la Chambre Blanche et mesure 8,2 mètres. Attention à ne pas glisser lors de cette visite piétonne !

Les grottes de Jeita restent aujourd’hui le théâtre d’un pittoresque spectacle de son et de lumière et ont abrité à maintes fois d’inoubliables concerts. Leur caractère exceptionnel a été mondialement reconnu lorsque les grottes ont été sélectionnées parmi les finalistes pour désigner les sept nouvelles merveilles naturelles du monde. Le résultat ne sera connu qu’en 2011 mais les grottes, au coude-à-coude avec rien de moins que le Grand Canyon, le Kilimandjaro ou la Grande Barrière de Corail, ont déjà affirmé leur caractère grandiose.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s